Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander

Nos marques

Rechercher

Les bienfaits et les vertus de l' aromathérapie

L' aromathérapie : qu’est-ce que c’est?

 À cause peut-être de son préfixe « aroma », une perception courante veut que l'aromathérapie se résume à diffuser d'agréables odeurs juste pour le plaisir... Or le suffixe « thérapie » indique bien qu'il s'agit d'une approche de soin - assez complexe, d'ailleurs - dont les essences aromatiques des plantes constituent la base. L'appellation qui est devenue d'usage courant pour parler des essences aromatiques est « huiles essentielles ».

Comme méthode thérapeutique, l'aromathérapie figure parmi les outils-ressources de la naturothérapie. On s'en sert contre plusieurs affections (toux, maux de tête, sinusite, asthme, problèmes digestifs, insomnie, fatigue, blessures sportives, pelade), mais selon les aromathérapeutes, son action la plus remarquable est de nature antiseptique (contre les bactéries, les virus, les champignons et les parasites). On s'en sert également pour l'hygiène des espaces intérieurs (prévention et traitement des maladies infectieuses), en soins esthétiques et pour la détente. On lui prête aussi une action bienfaisante sur le plan psychologique et pour contrer l’anxiété.

Qu'est-ce qu'une huile essentielle?

                                        

L’huile essentielle est une substance odorante volatile produite par certaines plantes et pouvant être extraite sous forme de liquide. Bien qu'on les appelle huiles, ces substances ne contiennent aucun corps gras : une goutte déposée sur un papier s'évaporera sans laisser de trace contrairement à une huile végétale.

Le règne végétal compte plusieurs centaines de milliers d'espèces et 4 000 d'entre elles fabriquent des essences aromatiques; toutefois, seulement quelques centaines le font en quantité suffisante pour qu'on puisse les extraire. Aujourd'hui, l'extraction se fait surtout selon trois procédés.

  • Pression à froid, pour les zestes d’agrumes comme l’orange ou le citron.
  • Extraction par solvant, dont le dioxyde de carbone, surtout pour les fleurs fragiles.
  • Distillation à la vapeur, un procédé inventé au XIe siècle et le plus utilisé aujourd'hui.

L'extraction des huiles essentielles est coûteuse, surtout à cause de la très grande quantité de matière première requise. Il faut compter environ 35 kg de plantes, en moyenne, pour obtenir 1 litre d'huile essentielle. Et c'est bien davantage dans le cas de certaines plantes comme la rose. D'où le prix élevé des véritables huiles essentielles. Car il existe aussi des huiles synthétiques, qui conviennent à la parfumerie, mais pas à l' aromathérapie.

Depuis des milliers d'années, les huiles essentielles sont utilisées couramment en cuisine, en médecine, en parfumerie et dans l'industrie cosmétique. Mais, c'est à la fin du XIXe siècle, en France, que commence l'histoire moderne de l'aromathérapie, au moment où l’on prouvait scientifiquement la capacité des huiles essentielles à neutraliser les bactéries (vers la même époque, on découvrait les antibiotiques, ce qui a eu pour effet d'écarter l'aromathérapie du champ de la médecine). On doit à René-Maurice Gattefossé, en 1928, la première utilisation du terme aromathérapie. On voit aussi, mais rarement, parfumothérapie.

Des composés chimiques complexes

Une huile essentielle peut renfermer jusqu'à plusieurs centaines de sortes de molécules, chacune ayant des propriétés particulières (antiseptique, bactéricide, immunostimulante, décongestionnante, etc.). Les scientifiques regroupent ces molécules en plusieurs chémotypes ou « familles biochimiques » - cétones, esters, coumarines, phénols, monoterpénols, etc. -, en fonction de la similarité de leurs propriétés.

De nombreuses huiles comprennent plus d'un chémotype. L’huile essentielle de sauge sclarée (Salvia sclarea)par exemple, contient 250 molécules différentes, dont 75 % issues de la famille des esters, et 15 % de celle des monoterpénols. Les molécules travaillent en synergie, ce qui explique la polyvalence des huiles essentielles et leur vaste spectre d'action. Une fois que l'on connaît les propriétés des chémotypes ainsi que leur concentration dans une huile essentielle, on peut déterminer quels seront les effets de celle-ci, bienfaisants ou dangereux.

Il ne faut pas mélanger, pour une même plante, les propriétés de son huile essentielle et celles des feuilles ou des fleurs prises en décoction, par exemple. Ni confondre huiles essentielles, essences culinaires et parfums.

Potentiellement toxiques

 Les huiles essentielles sont très concentrées en éléments chimiques actifs et

peuvent présenter certains dangers. Plusieurs composés sont irritants ou allergènes pour la peau et les muqueuses. D'autres peuvent être toxiques à forte dose ou sur une longue période. En ce qui concerne l'usage interne, il faut savoir que certains chémotypes, comme les cétones, sont des poisons et ne doivent jamais être absorbés. Les huiles essentielles ne doivent pas, en principe, être ingérées pures. Comme pour tout médicament, il importe de bien se conformer aux recommandations d’utilisation. En cas de doute, n’hésitez pas à consulter un aromathérapeute qualifié.

 

Enfin, il faut savoir qu'une même plante peut inclure diverses espèces, dont chacune possédera des chémotypes différents. La lavande (Lavandula), par exemple, compte plusieurs espèces dont les officinalis, les stoechas et les latifolia; c'est donc le nom latin complet qui nous permet de savoir de quelle plante exacte il s'agit. Le lieu de culture (climat, altitude, composition du sol) peut aussi influencer la composition chimique d'une plante.

Applications thérapeutiques de l’aromathérapie                                      

Les Français, chefs de file de l'aromathérapie scientifique contemporaine, ont identifié plus de 80 propriétés s'appliquant à la quarantaine d’huiles essentielles courantes - d'antalgique à vermifuge en passant par hypotenseur et stimulant gastrique. Il n'y a toutefois que peu ou pas de confirmations de ces effets par la voie de véritables recherches cliniques. En effet, la plupart des études ont plutôt été faites en laboratoire ou sur des animaux.

Pour l’instant, les résultats d’études cliniques soulignent surtout les effets relaxants de l’aromathérapie, qui permettent, par exemple, de réduire l’anxiété ou l’agitation. La difficulté d’établir des études à l’aveugle, puisque la présence d’huile essentielle se détecte par l’odeur, crée un problème méthodologique important.

Diminuer l’anxiété. En 2000, une revue systématique, incluant 6 études cliniques aléatoires, concluait que l’aromathérapie semblait avoir un effet bénéfique sur la réduction à court terme de l’anxiété. Depuis, d’autres études cliniques aléatoires ont évalué l’efficacité de l’aromathérapie pour diminuer l’anxiété et améliorer l’humeur de personnes hospitalisées ou devant subir un stress important. Leurs conclusions vont dans le même sens.

Réduire l’anxiété et la dépression des personnes atteintes de cancer. En 2007, une étude a été menée auprès de 285 patients atteints de cancer. L’efficacité d’une combinaison aromathérapie/massage/soins usuels (soutien psychologique) a été évaluée. Durant 4 semaines, un groupe recevait ces 3 thérapies, tandis qu’un autre recevait seulement le soutien psychologique. Les résultats révèlent que les thérapies combinées n’apportaient pas davantage de bénéfices à long terme (après 10 semaines) que le soutien psychologique seul. Par contre, les bénéfices de l’aromathérapie/massage/soutien psychologique survenaient plus rapidement que ceux des soins usuels seuls, soit dès la 2e semaine.

Réduire les symptômes de la démence. En 2008, une revue systématique de 11 études cliniques a évalué l’aromathérapie pour le traitement des symptômes psychologiques et comportementaux des patients atteints de démence. La grande variété d’huiles aromatiques, de leurs modes d’administration et des paramètres étudiés rend difficile l’interprétation des résultats .

 Réduire la pelade (perte de cheveux par plaques). Dans une étude clinique aléatoire , 86 patients ont été divisés en 2 groupes : massage avec aromathérapie (huiles essentielles de thym, lavande, romarin et cèdre), et massage à l’huile végétale (jojoba et pépins de raisin). Tous les participants devaient se masser le cuir chevelu quotidiennement pendant 7 mois. Quoique variable, le traitement actif s’est avéré supérieur au placebo. Une amélioration notable a été observée chez 44 % des patients du groupe aromathérapie comparativement à 6 % pour le groupe témoin.

Diminuer les démangeaisons causées par l’hémodialyse (prurit). Une petite étude pilote a comparé pendant 4 semaines l’efficacité d’un massage avec aromathérapie (huiles de lavande et de melaleuca) à un massage à l’huile d’amande douce et de jojoba. Les démangeaisons ont diminué significativement plus pour le groupe aromathérapie comparativement au groupe huile végétale.

Améliorer les conditions de vie des enfants prématurés. Une étude a évalué l’effet de la stimulation olfactive sur la fréquence et la gravité de l’apnée du sommeil chez les enfants prématurés. Quatorze bébés nés prématurément ont été exposés à une odeur agréable (vanilline) durant 24 heures dans leur incubateur. L’efficacité du traitement a été évaluée en comparant la fréquence et la gravité des crises d’apnée avant et après l’intervention. Une réduction de 36 % des apnées fut mesurée chez plus de 85 % des bébés. Les auteurs concluent que l’exposition à une odeur agréable pourrait être une approche à considérer pour le traitement des apnées des prématurés ne répondant pas bien aux traitements classiques.

Par ailleurs, un essai clinique aléatoire a évalué l’effet de l’inhalation d’une odeur familière sur la détresse comportementale au moment d’une prise de sang. Parmi 51 bébés prématurés devant subir une prise de sang sur la main (peu douloureuse) ou sur le talon (plus douloureuse), certains ont été préalablement familiarisés avec une odeur de vanille qui leur a ensuite été présentée au moment de la prise de sang; d’autres n’ont été exposés à cette odeur qu’au moment de l’intervention; et d’autres, enfin, n’ont reçu ni familiarisation ni odeur. Les résultats indiquent que la détresse des bébés (pleurs et grimaces) pouvait être réduite par une odeur agréable avec laquelle les bébés étaient déjà familiers. Mais cet effet ne s’est manifesté que dans le cas d’une intervention engendrant une douleur légère.

Traiter l’insomnie légère. Une petite étude préliminaire réalisée en 2005 démontre que l’huile essentielle de lavande, appliquée par massage, pourrait être un traitement efficace contre l’insomnie légère. Pendant 4 semaines, 10 patients souffrant de troubles du sommeil se sont massés avant le coucher, en alternant d’une semaine à l’autre soit avec un traitement actif (huile d’amande douce et lavande), soit avec un placebo (huile d’amande douce). Les résultats révèlent une tendance vers une meilleure qualité de sommeil chez les patients s’étant massés à l’huile de lavande.

Une autre étude souligne l’effet sédatif de l’huile essentielle de lavande. Trente et un participants ont dormi pendant 3 nuits dans un laboratoire expérimental. La première nuit consistait en une période d’adaptation. Au cours de la seconde, on a diffusé de l’huile essentielle de lavande pendant le sommeil des participants. La 3e nuit, ils ont reçu une stimulation placebo (eau distillée). Une mesure des ondes cérébrales a permis de constater que la stimulation à la lavande augmentait les périodes de sommeil profond et diminuait les mouvements rapides des yeux durant le sommeil.

 Réduire les symptômes de la ménopause. Quinze femmes ont participé à une étude pilote non aléatoire sur l’effet thérapeutique de l’aromathérapie contre les symptômes de ménopause. Elles ont reçu une première séance d’aromathérapie en massage (huile essentielle de lavande diluée à 1 % dans l’huile de noix de macadamia), puis ont été invitées à pratiquer l’automassage pendant 1 mois, de 3 à 4 fois par semaine. La comparaison des résultats avant et après le traitement indique une réduction de la gravité des symptômes chez toutes les patientes. Toutefois, étant donné de l’absence de groupe témoin, et sachant que l’effet placebo peut expliquer au moins 30 % de l’effet observé, aucune conclusion formelle ne peut découler de cette petite étude.

Autres. Des études existent dans la littérature scientifique relativement à l’effet bénéfique de l’aromathérapie contre certaines affections : eczéma, infections, maladies respiratoires, nausée postopératoire, arthrite, sclérose en plaques, fibromyalgie, réduction du travail durant l’accouchement, anxiété prénatale, épilepsie, dépression, dépression post-partum, capacités cognitives, dysménorrhée, etc. Cependant, aucune de ces études ne permet de tirer de conclusions claires quant à l’efficacité de l’aromathérapie dans ces situations.

Attention

  • Certaines huiles essentielles sont irritantes pour la peau et devraient être diluées dans de l’huile végétale avant l’application.
  • Quelques études font état de réponses allergiques envers des huiles essentielles.
  • Les huiles riches en cétones peuvent causer des problèmes neurologiques. Selon quelques cas rapportés, il est possible que l’huile essentielle de romarin à camphre déclenche des crises d’épilepsie.
  • Certaines huiles ont un effet photosensibilisant, c’est-à-dire qu’elles peuvent rendre la peau plus vulnérable aux effets des rayons du soleil.
  • Des auteurs sont d’avis que des études devraient être réalisées pour déterminer la sécurité de l’utilisation des huiles essentielles durant la grossesse, l’accouchement ou avec les nouveau-nés

 

L’aromathérapie, en pratique

Modes d'utilisation

Les huiles essentielles sont composées de molécules volatiles. Elles pénètrent donc facilement les tissus humains, qu'on les ingère, les applique sur la peau ou les respire. Le choix de la voie d'absorption dépendra tant de l'effet visé que de la nature de l'huile, puisque certaines ne conviennent pas à un usage interne ou cutané.

Voie interne. Comme les huiles essentielles sont irritantes pour les muqueuses, on les mélange généralement à un peu d’huile végétale, à du miel ou à du yogourt (elles ne se diluent pas dans l'eau). On trouve aussi sur le marché des huiles préparées avec de l’alcool, des oléocapsules (avec une base d'huile végétale) ainsi que des préparations en capsules et en suppositoires.

Voie externe. L'huile se diffuse dans l'organisme à travers la peau; on la mêle à une huile de massage ou à un onguent.

Voie aérienne. L'huile diffusée dans l'air est absorbée par les voies respiratoires; il existe plusieurs modes de diffusion.                         

  • La méthode passive (poterie poreuse) ne permet qu'une faible évaporation, sans que les particules puissent agir sur la qualité de l'air.
  • La chaleur (sur une chandelle ou une lampe) diffuse le parfum, mais risque de détruire les propriétés thérapeutiques des huiles essentielles.
  • Les ventilateurs (dans les systèmes d'aération des maisons ou des autos) sont efficaces, sauf s’ils sont munis d’un filtre qui risque de retenir une partie des particules.
  • Les diffuseurs électriques à soufflerie permettent une nébulisation des huiles et une diffusion dans un espace assez vaste; c'est la meilleure méthode pour un usage thérapeutique par voie aérienne.

Attention :

En aucun cas les informations et conseils donnés, sur le site biopur.fr ne peuvent se substituer à une consultation auprès d'un médecin.

Ils ne peuvent non plus constituer un diagnostic, lequel nécessite obligatoirement un examen du patient auprès de son médecin traitant.

Certaines plantes peuvent être mortelles !

Il convient donc d'être prudent et de TOUJOURS prendre conseils auprès de son médecin.